fbpx
Spécialiste de la chasse au trésor personnalisable

4 façons d’écrire son nom en hiéroglyphes

Les enfants adorent écrire leur nom en hiéroglyphes à la façon des pharaons. L’écriture hiéroglyphique est l’une des plus anciennes formes d’écriture. En Égypte ancienne, les scribes l’utilisaient pour raconter la vie des Dieux, des pharaons, pour écrire des prières, mais aussi pour la vie quotidienne. On a trouvé des hiéroglyphes des papyrus, sur du bois, ou de la pierre. Vous pouvez leur proposer d’écrire leur prénom en hiéroglyphe égyptien sur du papier facilement. C’est une activité qui plait beaucoup pour un anniversaire sur le thème Egypte ancienne.

Comment écrire notre alphabet en hiéroglyphes ?

Pour écrire son prénom en hiéroglyphes, il faut bien utiliser une traduction des hiéroglyphes dans notre alphabet. Pourtant, les hiéroglyphes n’ont pas d’alphabet puisque l’écriture en hiéroglyphes est une combinaison d’écriture idéographique (basée sur le sens, un peu comme un rébus) et phonétique.

Comme vous l’aurez compris, la traduction en hiéroglyphes vers notre alphabet n’est pas conforme à la réalité, mais comme je pense que vous n’avez pas l’intention de réellement traduire des textes anciens ce n’est pas si grave ! (en apprendre plus sur la façon dont on a traduit les textes en hiéroglyphes)

Il suffit donc d’utiliser un tableau qui reprend les différentes lettres et leur traduction vers les hiéroglyphes. Vous pourrez donc trouver des variations selon les versions d’alphabet que vous prenez. Les enfants pourront le faire facilement sur du papier, du papyrus fait maison ou du véritable papyrus. Cela permettra de fabriquer des marque-pages originaux et fera une activité originale sur le thème de l’Egypte antique.

affiche alphabet egypte

Comment écrire son prénom en hiéroglyphes ?

En dessinant les signes

Utilisez le modèle de l’affiche d’alphabet hiéroglyphes pour dessiner les signes correspondants aux lettres du prénom. C’est une méthode que vous pouvez proposer aux enfants à partir de 9 ans.

Avec un fichier codé

Vous pouvez le faire facilement en utilisant un fichier déjà codé avec le cartouche avec son prénom ou avec le papyurs déchiré de la chasse au trésor en Egypte ancienne.

Avec une règle pochoir hiéroglyphes

Si vous avez déjà essayé de dessiner les hiéroglyphes, vous réalisez assez vite que c’es difficile ! Les scribes étaient particulièrement doués en dessin. Pour aider votre enfant à dessiner les hiéroglyphes, vous pouvez leur procurer ces règles pochoirs hiéroglyphes. Ces règles se présentent comme des normographes pour écriture hiéroglyphique.

Avec des tampons imprimés hiéroglyphes

Les tampons (ou timbres) en caoutchouc à tremper dans l’encre sont une excellente façon d’écrire son prénom facilement. Il suffit de poser le timbre sur la feuille pour imprimer le hiéroglyphe correspondant à sa lettre.

Comment a-t-on traduit les hiéroglyphes ?

La découvert des hiéroglyphes

L’histoire de la traduction des hiéroglyphes commence avec Napoléon, qui embarqua le 19 mai 1798 pour envahir l’Egypte. Le 21 juillet, les troupes de Napoléon battent les Mamlouks égyptiens à Gizeh. L’armée française quittera l’Egypte, chassée par les troupes anglais de l’Amiral Nelson, en 1801. Le Baron Dominique Vivant-Denon, dessinateur de guerre de Napoléon, édita un livre dans lequel il transcrivait des hiéroglyphes relevées dans les pyramides, les sarcophages, les chambres funéraires, les vases, etc. Mais personne n’arrivait à traduire ces signes mystérieux.

Une pierre dans une roche basaltique noire fut trouvée par hasard par un soldat de Napoléon à Rosette. Elle présentait trois types d’inscriptions : des hiéroglyphes, du grec ancien et du démotique (forme de grec). Bien que le texte en grec ait été facilement traduit, aucune traduction n’était trouvée pour les hiéroglyphes.

Champollion et la pierre de Rosette

Jean-François Champollion, un adolescent brillant , fils du libraire de Figeac en Aveyron, avait juré de parvenir à la traduire. A 13 ans, il avait appris l’arabe, le syrien, le copte, et le chaldéen. A 19 ans, il devenait professeur d’histoire à l’université de Grenoble.

Jusqu’à présent, les chercheurs étaient partis du principe que les 3 textes étaient différents et que les hiéroglyphes étaient des signes idiomatiques, représentant un signe, un mot ou un concept. Champollion lui pensa qu’une autre interprétation était possible, basée sur la phonétique.

Dans la Pierre de Rosette, il repéra un cartouche qui revenait régulièrement et qui comportait les mêmes signes. Champollion finit par en déduire que ce cartouche représentait Ptolémée. Entre temps à Philae, on trouva une seconde pierre, l’obélisque de Philae avec des inscriptions en grec et en hiéroglyphes. Cette pierre comportait également des cartouches, dont l’un identique à celui de la Pierre de Rosette et l’autre attribué à Cléopâtre d’après l’inscription en grec.

La comparaison des hiéroglyphes des deux cartouches permit à Champollion de vérifier son hypothèse : le son “l” de Ptolémée et de Cléopâtre était signé de la même façon sur les deux cartouches, de même que le “o” et “p”. Il avait trouvé la clé de traduction !

Je vous conseille de visiter le Musée Champollion à Figeac, sur l’évolution des différentes écritures dans le monde. Le musée abrite également une superbe copie de la Pierre de Rosette.

Entrez votre email puis jouez !
Je joue
J'accepte de recevoir des emails de la part d'Explorador. Je pourrai me désabonner de ces emails via le lien "se désabonner" dans le bas des emails.